• Barriss était une jeune femme d'une beauté envoûtante, dont les yeux d'un bleu très profond et la perfection de ses formes la rendaient désirable pour la plupart des Humains. Elle possédait des tatouages sur les mains et sur le visage, en fait des ornements traditionnels de Mirial, son monde natal.

      Comme la plupart des Jedis, elle fut retirée à ses parents très tôt pour suivre les enseignements de l'Ordre. Lors de son entraînement, elle était très appliquée et motivée, et avait développé un tempérament calme et réservé, mais elle avait tendance à agir d'abord puis réfléchir aux conséquences de ses actes après, et préférait en effet régler un conflit avec son sabre laser plutôt qu'en réfléchissant. Lorsqu'elle se battait, Barriss préférait se battre en tandem. Son maître Luminara Unduli développa une méthode très douce pour lui inculquer les voies de la force elle ne sermonnait jamais Barriss, mais la laissait plutôt apprendre de ses erreurs. La relation que Barriss entretenait  avec son maître était presque une relation mère-fille et cela se manifestait entre autre par le fait qu'au lieu de l'appeler padawan comme la plupart de ses pairs jedis, Luminara préférait appeler Barriss "ma chère". Pour certains, Luminara se montrait trop protectrice.

      Luminara Unduli emmenait souvent sa padawan en mission avec elle. Vingt deux ans avant la bataille de Yavin, une de ces missions les conduisit sur Ansion. Ce fut une mission des plus dangereuse, et alors qu'elle se promenait dans un magasin de la ville de Cuipernam, deux brutes épaisses capturèrent la jeune padawan : Kyakhta et Bulgan. Elle fut traînée dehors, mais quand elle reprit connaissance elle sentit que ses deux bourreaux avaient de graves déficiences mentales, ce qui expliquait pourquoi elle n'avait pas pu prévoir ce qu'ils allaient faire. A l'aide de la force, elle put les soigner et gagna ainsi sa liberté et leur reconnaissance. Elle apprit que c'était le Hutt Soergg qui avait commandité son enlèvement pour l'empêcher de réussir sa mission, et put donc mener à bien sa quête : empêcher officiellement Ansion de faire sécession, ce qui aurait précipité la chute de l'ancienne république.

     

     La mission sur Ansion rapprocha les deux padawans Jedis qui y avait été envoyés : Barris et Anakin Skywalker. Ils se connaissaient à peine avant de revenir de cette mission, ils s'étaient parfois entraînés ensemble mais n'avaient jamais eu de réelle conversation. Barriss trouvait les pensées d'Anakin contraires au code Jedi. Après avoir un peu discuté pendant leur mission, la jeune Mirialan commença à apprécier Anakin, même si elle le trouvait arrogant. Au cours de sa formation, elle comprit que tout les Jedis avait des émotions qui devaient être contrôlées. Elle fut par la suite enlevée et Anakin aida le conseil à la retrouver, ce qui augmenta encore sa considération pour lui.

      Quelques temps après Barriss Offee et son maître furent envoyés sur Géonosis pour libérer Obi-Wan Kenobi et Anakin Skywalker. Le maître et l'apprenti survécurent à la confrontation avec les séparatistes, bien que les deux femmes furent séparées l'une de l'autre au cours de la bataille. Barriss assista de loin au sauvetage du dernier groupe au milieu de l'arène, et parvint à s'éclipser par ses propres moyens et à rejoindre le gros de l'armée clone, bien qu'elle fut blessée au cours des affrontements.

      Bien qu'elle ait tout appris de la part de Luminara Unduli, Barriss eut un deuxième maître lorsqu'elle rentra dans l'ordre des Jedis soigneurs : Stass Allie. Sous ses enseignements, la jeune femme devint rapidement une puissante soigneuse Jedi.

    20 ans avant la bataille de Yavin, Barriss a utilisé ses talents de guérisseuse et soigné un grand nombre de clones dans l'équipe médicale de Drongar aux côtés de Kornell "Uli" Divini, Jos Vondar et Tolk Le Trene. Le combat qui se déroulait dans cette jungle humide de Jasserak était lié au bota (plante médicinale miraculeuse) et uniquement à elle. Le combat cessa d'ailleurs lorsque celui-ci muta et devint inefficace.

     

      Durant son séjour, la padawan Offee résida au camp protégé par un dôme de force qui se vit disfonctionner pendant une certain temps. Elle passait le peu de temps libre qu'elle avait à travailler le sabre (la fome III) et à jouer au Sabacc à la cantina. Barriss découvrit également sur Drongar que la prise de bota augmentait sa perception de la Force, après plusieurs jours de réflexions elle jugea plus sage de ne pas chercher à accroitre ainsi son pouvoir. Puis lorsque le bota perdit ses vertus, la question fut réglée et quand la République retira ses troupes de Drongar, Barriss repartit au Temple Jedi retrouver son maître.

      A la fin de la Guerre des Clones, Barriss était en mission sur Felucia avec Aayla Secura. Lorsque l'Ordre 66 fut lancé par Palpatine, elle fut exécutée par ses troupes clones. C'est dans l'explosion du tir d'un RT-TT que Barriss Offee trouva la mort. La version officielle fut qu'elle avait été abattue pour avoir tenté d'empoisonner des réserves d'eau de Felucia.

     




     


    votre commentaire
  • Contrairement à son apparence de vieille dame faible et diminuée, Jocasta Nu possède en fait une puissante connexion avec la Force, ce qui lui permet, malgré son âge avancé, d'être toujours un atout pour la République et l'Ordre Jedi.

      Lorsqu'elle était jeune, Jocasta était une Jedi à part entière qui exécutait les mêmes missions que ses semblables. Toutefois, son mode de penser était plus tourné vers la connaissance, vers la sagesse que vers le combat et la guerre. Elle préférait se questionner sur la Force, sur les connaissances qu'avaient accumulées les Jedi jusqu'à ses jours plutôt que de s'entraîner au maniement du sabre laser ou aux techniques de relaxation. D'ailleurs, elle porte sur sa toge le symbole de l'Ansata qui signifie une soif de connaissances et de sagesse très profonde et très élevée.

      Après des années passées au sein du plus prestigieux des conseils de la Galaxie, le Conseil Jedi, où elle côtoya les plus grands, tels Yoda ou encore Mace Windu, Jocasta, que la connaissance motivait plus que sa place au Conseil, décida de se retirer pour s'occuper des Archives Jedi, qui étaient la plus grande bibliothèque à laquelle la Galaxie pouvait prétendre. Des milliers de Jedi ont accumulé et déposé leur connaissance dans cet endroit et l'Ordre Jedi peut se targuer d'avoir à sa disposition la plus vaste banque de données de la Galaxie.

      Peu à peu, Jocasta s'est familiarisée avec les archives, elle a appris à se diriger d'un pas sûr et direct vers les hololivres dont les Jedi venant à sa rencontre avaient besoin sans jamais consulter de plan ou de carte où seraient écrits les emplacements des différentes données. Ainsi, elle évite aux dizaines de Jedi qui entrent aux Archives de perdre de précieuses heures à rechercher les livres dont ils ont besoin.

      Toutefois, après trente années au service des archives, Jocasta a perdu de son esprit critique et est trop fière de ses Archives pour sous-entendre que, peut-être, des informations concernant la Galaxie n'y seraient pas stockées. C'est ce qu'il se passa lorsque Obi-Wan se rendit aux Archives pour se renseigner sur la localisation d'une planète nommée Kamino dont lui avait parlé son ancien ami Dexter. Hélas, il ne la trouve pas dans les fichiers de la banque de données et demande assistance auprès de Jocasta. Cette dernière ne trouvant pas d'information sur cette planète en déduit immédiatement qu'elle ne peut exister car elle n'est pas référencée.

      Puis, elle délaisse Obi-Wan lorsque celui-ci dit que les Archives sont incomplètes. Cette réaction est motivée par le fait qu'elle est blessée dans son orgueil et qu'elle ne permet pas que l'on dénigre la plus grande concentration d'informations de la Galaxie. Hélas, elle n'a jamais envisagé que les archives aient pu être effacées par un Jedi très puissant car cela dépasse son entendement. Elle apprit plus tard que les archives avaient bien été effacées et cela la remit profondément en question car elle se demanda pourquoi un Jedi pouvait faire cet acte qu'était de priver de la connaissance ses semblables alors que lui-même y avait eu accès.

     



     


    votre commentaire
  • Eeth Koth est un Zabrak, la même espèce que le Sith Dark Maul, mais contrairement à beaucoup de ses congénères, Eeth n'est pas né sur Iridonia, mais sur Nar Shaddaa, la lune repaire des contrebandiers les plus dangereux mais aussi efficaces de la Galaxie. Vivant dans les bas-fonds de la lune Hutt, l'Ordre Jedi ne découvrit le potentiel de Koth que très tardivement. En effet, ce ne fut qu'à quatre ans, que Eeth fut amené sur Coruscant pour décider s'il devait être accepté dans l'Ordre Jedi ou pas.

      D'abord réticent à accepter un enfant si âgé alors que les autres jeunes Jedi ont moins de trois ans, le Conseil accepte ensuite de placer le jeune Eeth en formation du fait de ses capacités incroyables. En effet, le Zabrak possède une grande force mentale et une grande endurance qui sont les caractéristiques de sa race car Iridionia n'est pas une planète calme et paisible mais tout le contraire. De fait, ses habitants durent développer une tolérance à la souffrance très grande et une volonté de survivre sans faille, ces deux facultés sont d'ailleurs vitales pour un être vivant désirant vivre sur la planète.

      Durant sa formation, les facultés de Koth augmentèrent grandement car la Force l'aida à parfaire et à renforcer ses attributs génétiques. Il devient donc un puissant Jedi spécialisé dans le domaine de la survie en monde hostile et ses talents de duelliste ne sont plus à mettre en doute.
      
      Après plusieurs années de mission pour l'Ordre, Eeth décide de prendre un padawan. Son attention se porta sur Sharad Hett à qui il enseigna sa discipline mentale mais aussi sa tolérance bien au-dessus du commun à la souffrance. Le jeune Hett devint un puissant Jedi par l'enseignement que lui dispensa Koth et son Maître s'en félicita. Après que son élève soit devenu un Chevalier Jedi, Eeth s'intéresse au Crucitorn, une ancienne technique Jedi qui amène celui qui le pratique à ne plus sentir la douleur, à ignorer totalement l'information que ses nerfs véhiculent à son cerveau.
     

     Voyant ses facultés et sa maîtrise de la Force augmenter, les membres du Conseil Jedi décident de lui donner une place au sein du Conseil à titre temporaire pour bénéficier de sa vision de la Galaxie. C'est grâce à cette promotion, qu'il voit Qui Gon Jinn se heurter à l'avis du Conseil en ce qui concerne la formation du jeune Skywalker. Trop récent au sein du Conseil, Eeth ne prit jamais la parole lors de ces entretiens.
      
      Dix années plus tard, il fut envoyé sur Géonosis avec un contingent de deux cents Jedi afin de secourir Obi-Wan détenu par la Confédération des Systèmes Indépendants. Une virulente bataille suivit la libération du Jedi et de son padawan ainsi que de la Sénatrice de Naboo, Padmé Amidala, dans laquelle, beaucoup de Jedi trouvèrent la mort face à la multitude de l'armée droïde, bien plus puissante et nombreuse que les Jedi l'avaient prévue. Eeth échappa à la mort grâce à l'intervention inopinée de Maître Yoda qui amena quatre Canonnières afin de tirer les survivants Jedi du piège où ils étaient tombés. Il survécut à la bataille de Géonosis.

      Comme la plupart de ses pairs, Koth participa pleinement à la Guerre des clones. Il n'hésita pas à rejoindre le front sur nombre de planètes, mais aussi dans l'espace. Ainsi, quelques mois après les événements de Géonosis, il fut envoyé dans la Bordure extérieure à bord d'un destroyer Venator dont il avait le commandement. Le Capitaine Lock était prêt à exécuter ses ordres.

     Alors qu'ils s'apprêtaient à réaliser leur mission, Koth et ses alliés furent surpris, non loin de Saleucami, par un destroyer léger de classe Recusant, mené par l'effroyable Grievous. Ce robot s'était déjà forgé une réputation de sanguinaire, pourchassant les Jedi dans la galaxie et collectionnant leurs armes. Grievous avait l'intention de capturer le Zabrak parce qu'il était membre du Conseil Jedi, institution hautement respectable qui serait ébranlée par un tel événement.

      L'abordage du destroyer Venator commença très vite ; à l'intérieur, chacun s'activa ; Koth se réunit avec ses clones sur le pont. Il communiqua avec le Capitaine Lock et son escouade et apprit que son vaisseau allait être abordé par les Séparatistes. Des conduits relièrent bientôt le Recusant au Venator, permettant aux super droïdes de combat de s'introduire dans l'appareil républicain. Dans la salle de réunion, Eeth Koth prit connaissance de la situation de ses hommes dans les autres parties du vaisseau. Lock affirma qu'ils étaient submergés par l'ennemi, et que les B2 progressaient sans cesse vers le pont.

      Aussi, sans plus attendre, Koth ordonna-t-il à Lock, malgré ses réticences, de quitter, avec ses subordonnés, le destroyer en montant dans des capsules de sauvetage, afin qu'ils soient sauvés. Ils atteindraient ainsi la surface de Saleucami, où ils seraient saufs. Le Zabrak, lui, était prêt à affronter Grievous, ses droïdes commandos et ses gardes.

      Les soldats républicains obtempérèrent. Koth se retrouva seul, avec quelques clones, sur le pont de son destroyer. Les droïdes approchaient. Le Jedi subodorait la présence sinistre de Grievous, lequel enfonça ses sabres dans la porte menant au pont, puis projeta la partie découpée sur un clone. Koth esquiva les débris, puis fut pétrifié en apercevant la silhouette famélique du Général droïde. Au lieu de commencer immédiatement un duel, ce dernier préféra lancer ses commandos BX à l'assaut du Jedi. Ces robots redoutables se jetèrent sur le Zabrak avec une avidité étonnante ; mais celui-ci détourna les tirs. Il ne put cependant empêcher la mort de ses hommes.

      Devant les droïdes, Koth ne put abandonner. Alors qu’il était en train de dévier une salve, l'un des robots tira sur le bras du Zabrak, ce qui le blessa légèrement et lui fit perdre son arme. Un autre BX en profita pour se jeter sur le Jedi, l’attrapant par le cou et le menaçant avec une lame. Grievous, non sans une certaine délectation malsaine, ne faisait que regarder la scène, sans intervenir.

      Tout à coup, déconcertant les guerriers, un soldat clone, qui n’était que blessé, se releva et tira sur le commando qui allait frapper Eeth Koth, immobilisé. Ce fut l’occasion pour le Jedi de prendre appui sur le projecteur holographique et, par suite, d’exécuter un saut périlleux arrière ; cela lui permit de se libérer de l’étreinte du BX qui le retenait, d’invoquer la Force pour récupérer son sabre, et enfin de couper son opposant en deux.

      Néanmoins le « buste » du droïde, quoique séparé du reste du « corps », continua de bouger et tenta de saisir son arme, en vain : Koth l’avait remarqué et enfonça sa lame verte dans le cerveau du BX. Les robots d’infiltration avaient été vaincus ; mais le clone qui venait de sauver le Zabrak se fit soudain électrocuter par le bâton de gardes Magna, qui surgirent dans la salle.

     Ces automates l'encerclèrent, quand réapparut enfin Grievous, qui monta sur le projecteur holographique. Après quelques joutes verbales, le Général séparatiste asséna au Zabrak un violent coup de pied qui le mit à terre. Le Jedi se releva assez vite pour éviter la charge du Kaleesh et de ses gardes, qui le cernèrentbientôt sur le pont.

      Ce fut un duel entre Grievous, armé de deux sabres, et Koth ; les droïdes n'intervinrent pas, conformément aux ordres de leur supérieur. Les bretteurs rivalisèrent dans un combat archarné ; le Zabrak esquiva les gestes agressifs de son adversaire, tandis que Grievous, emporté par sa rage, le fit reculer.

      Koth finit par éteindre son sabre afin de se concentrer et de repousser Grievous contre la vitre du croiseur. Presque victorieux, il s'approcha du droïde pour l'achever, mais fut électrocuté au dernier moment par un garde Magna, ce qui le paralysa. Puis Grievous se releva et attaque le Zabrak, lequel dut tout à la fois parer l'assaut du Général kaleesh et supporter la douleur de l'électrocution des bâtons des gardes.


     Eeth Koth finit par ployer ; Grievous le saisit par le cou et le souleva, avant de l'étrangler. Le Séparatiste ne voulut pas le tuer immédiatement, préférant exhiber sa proie à d'autres Jedi. Triompha, il envoya un message holographique à nombre de Jedi réunis dans leur Temple, où il se vanta d'avoir réussi à capturer un membre éminent du Conseil.

      Devant les yeux ébahis des Jedi, Grievous tortura Eeth Koth, effondré. À la fin de son message, le Général promit qu'il exterminerait tous les Jedi. Conscients du danger que représentait le Kaleesh, les Républicains se résolurent à agir. Il fallait secourir Eeth Koth, mais il n'y avait semble-t-il aucun moyen de savoir où il se trouvait avant d'être capturé par Grievous.

      Toutefois, Obi-Wan Kenobi, attentif à la transmission holographique, remarqua que Koth, pendant qu'il était torturé, faisait des mouvements particuliers avec ses doigts, comme s'il voulait délivrer un message à ses alliés. En effet, Kenobi n'eut aucun mal à déchiffrer ces gestes et, par suite, apprit que le Zabrak était dans la Bordure extérieure, plus précisément dans le système de Saleucami.

      La République établit ses plans pour sauver Eeth Koth et capturer Grievous. Obi-Wan, Anakin et Adi Gallia furent chargés de cette mission. Au-dessus de Saleucami, une bataille éclata entre les forces clones et les vaisseaux de Grievous. Le Zabrak, lui, avait été attaché par un champ électrique sur le pont du destroyer Recusant.
     

     Immobilisé, un droïde, TV-94, veillait sur lui. Grievous ayant prévu que les Républicains viendraient secourir leur allié, il leur a tendu un piège : d'une part, sur le pont se cachaient d'innombrables droïdes commandos prêts à assaillir les éventuels intrus ; et d'autre part, TV-94 tenait dans son bras mécanique un appareil susceptible d'électrocuter le Zabrak, ce qui pourrait ralentir l'ennemi.

      Tandis que Kenobi alla affronter Grievous seul, Anakin et Adi travaillèrent de concert pour atteindre le pont du Recusant et sauver leur ami. Après avoir évité les radars ennemis, ils pénétrèrent dans le vaisseau séparatiste et accédèrent habilement à la salle où était retenu le Jedi.

      Anakin et Adi découvrirent alors le piège : les droïdes commandos surgirent et les encerclèrent. Tout en les abattant, Skywalker devait aussi être attentif à TV-94, qui tenait dans ses mains les commandes du champ magnétique auquel Koth était attaché ; le jeune homme finit par lui trancher un bras de façon à empêcher toute électrocution. Puis, le pont fut rapidement nettoyé par les Jedi.

    Saufs, ils purent libérer Eeth Koth, très affaibli par son séjour avec Grievous. Soutenu par ses amis, il ne manqua pas de les remercier et, avec eux, s'enfuit dans les entrailles du destroyer Recusant. Adi et Anakin se séparèrent : la première devait en effet aider Obi-Wan à retrouver Grievous, en fuite dans le vaisseau voisin ; le second, de son côté, emmènerait Koth à l'abri dans leur navette d'ambassadeur.

      Anakin y parvint sans mal, et le Zabrak, fort affaibli, fut confié à un droïde-chirurgien 2-1B. Quant à Obi-Wan et Adi, ils ne purent empêcher la fuite de Grievous, mais savaient où le retrouver : sur Saleucami, en contrebas. Les Jedi se rejoignirent dans la navette, et tous étaient satisfaits de revoir Eeth Koth sain et sauf.

      De retour parmi leurs alliés, Koth fut hâtivement escorté par Gallia et le droïde-chirurgien jusqu'à l'infirmerie d'un destroyer Venator. Mais avant, le Zabrak tint à remercier ses sauveurs, Adi, Anakin et Obi-Wan. Le Jedi confia qu'il aurait été prêt à se sacrifier pour détruire Grievous. Quoi qu'il en soit, la chasse se poursuivrait. Après s'être rétabli, Eeth continua probablement à servir la République en tant que Général durant la Guerre des clones.

     



     


     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire