• Le Maître jedi Atris

    Atris était une maître jedi humaine qui vécu environ 4000 ans avant la bataille de Yavin. Elle occupait la place d’historienne de l’Ordre et était membre du Conseil Jedi de Coruscant. Ses cheveux blancs malgré son âge pourraient trahir de lointaines origines echani. Atris a toujours considéré l’Ordre Jedi comme la plus grande et la plus fiable source de lumière dans la galaxie, un ordre pur et fort. Elle avait donc une confiance totale en l’Ordre Jedi et faisait même preuve d’un certain fanatisme. Elle était cependant très respectée parmi ses pairs pour ses qualités d’historienne et sa loyauté sans faille.
    En raison de sa fonction, elle ne participa à la guerre contre les Sith, restant dans ses bibliothèques. Sur Dantooine elle se lia d’amitié avec une jeune padawan au fort potentiel qui sera plus tard connue sous le nom de l’Exilé. Elles devinrent très proches et Atris voyait un grand avenir pour son amie. Mais les Guerres Mandaloriennes débutèrent et devant le refus des Jedi de prendre part aux combats, certains chevaliers et padawans décidèrent de quitter l’Ordre pour aller défendre la République. Atris considéra ces jedi comme des traîtres car ils s’opposaient à la décision du Conseil et développa beaucoup de rancœur contre les instigateurs de ce mouvement : Revan et Malak. Mais son monde fut alors bouleversé lorsque l’Exilé décida de partir pour la guerre et devint l’un des généraux de Revan. Atris désira partir avec elle mais la peur d’être bannie l’en empêcha et elle demeura sur Coruscant durant tout le conflit.

    Après le massacre de Malachor V et la fin de la guerre, l’Exilé revint sur Coruscant d’elle-même afin que ses actes soient jugés par le Conseil Jedi. Durant le procès Atris se battit férocement pour que l’Exilé soit durement punie, sa haine des traîtres à l’ordre et sa rancune d’avoir été abandonnée prenant le dessus sur sa raison. Atris demanda l’exécution de son ancienne amie mais le Conseil décida finalement de simplement la bannir. Peu de temps après débuta la Guerre Civile des Jedi, déclenchée par Revan et Malak. Atris en tira une certaine satisfaction : elle avait fait le bon choix et avait toujours eut raison, ceux qui étaient parti à la guerre étaient devenus des ennemis de l’Ordre Jedi. Le conflit s’aggravant, Atris fut chargée d’emmener les archives et les holocrons de Dantooine en sécurité sur la planète Telos ou se trouvait une ancienne académie jedi oubliée. Finalement Malak fut vaincu et Revan se repentit mais ce ne fut pas la fin du conflit pour autant. Atris était maintenant convaincue que l’enseignement jedi était incomplet car de nombreux jedi étaient passés du côté obscur et avaient par la suite déclenché des crises à l’échelle galactique et dans sa grande arrogance, Atris pensait être la seule capable de sauver l’Ordre Jedi de sa perdition.

    Elle décida de convoquer le maximum de jedi survivants à une réunion secrète sur la planète Kavarr mais elle révéla le lieu de rendez-vous afin de faire sortir les Sith de l’ombre. Son plan fonctionna car Dark Nihilus révéla son existence et se rendit sur Kavarr. Malheureusement Nihilus était bien plus puissant que tout ce que Atris avait pu imaginé et anéantit tous les jedi sur Kavarr ainsi que tous les Miraluka qui y vivaient. Atris y vit une nouvelle faiblesse de l’Ordre qui avait été incapable d’arrêter un seul Sith. Elle décida alors que sa mission était de reconstruire l’Ordre Jedi afin qu’il soit à nouveau parfait. Elle remit en service l’académie de Télos et s’entoura de sœurs echani qui jurèrent de la protéger et de ne jamais être formées comme des jedi. Atris leur enseigna comment combattre contre des utilisateurs de la Force et en fit sa garde personnelle et dévouée. Elle passa alors tout son temps à étudier les holocrons anciens, en particulier les holocrons Sith afin de trouver la raison qui faisait basculer les jedi vers le côté obscur. Elle se croyait plus forte que tous les autres jedi et pensait pouvoir résister aisément à l’influence des holocrons Sith mais peu à peu elle sombra dans les ténèbres et la folie. Bien qu’elle ait réouvert l’académie de Télos, elle ne prit aucun apprenti et ne rechercha aucun élève potentiel, tant elle était obsédée par sa quête de savoir.

    Elle décida de faire sortir les Sith de leur cachette à nouveau, cinq ans après la destruction de la Forge Stellaire. Elle retrouva la trace de l’Exilé et transmit ses coordonnées à l’amiral Carth Onassi qui souhaitait l’interroger au sujet de Revan et qui envoya un vaisseau le chercher. Atris fit alors courir la rumeur que l’Exilé était la dernière des Jedi et les Sith accoururent pour l’éliminer. Mais l’Exilé s’entoura de compagnons et parvint à leur échapper et à se rendre à l’académie de Télos. Atris lui fit un accueil glacial, lui montrant bien qu’elle lui en voulait toujours et lui expliquant que son châtiment était parfaitement justifié. Elle lui dit qu’elle n’était plus un jedi et la chassa de l’académie.

    Par la suite Kreia, une ancienne jedi accompagnant l’Exilé, revint seule sur Telos et révéla à Atris ce qu’elle se cachait depuis si longtemps : elle était passé du côté obscur et elle ne pouvait blâmer ni les Jedi, ni les Sith, ni l’Exilé pour sa chute car elle en était entièrement responsable. A cette révélation Atris sombra dans le désespoir et la folie et s’enferma dans sa salle des holocrons Sith. L’exilé se rendit à l’académie peu après et vnt trouver Atris qui l’attaqua. Ils s’affrontèrent dans un duel au sabre laser et Atris perdit. Mais l’Exilé l’épargna, déclarant que tout le monde pouvait se repentir, ce à quoi Atris ne s’attendait absolument pas. Complètement perdue et anéantie, Atris décida de partir en exil et on entendit plus jamais parler d’elle.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :