• Empeureur Dark Sidious (Chancelier Palpatine)

    Palpatine: Comme nombre d'hommes influents avant lui, celui qui fut successivement simple politicien, sénateur, Chancelier Suprême de la République Galactique puis Empereur autoproclamé a veillé à ce que sa biographie le présente sous le meilleur jour possible. Et comme pour un certain nombre de puissants personnages de l'histoire, les faits avérés se sont mélangés aux mensonges et aux omissions pour rendre Palpatine extrêmement difficile à cerner a posteriori. Cependant, il ne fait nul doute que l'esprit d'une subtilité extrême de l'Empereur n'était sans doute égalé que par sa connaissance du Côté Obscur de la Force et par sa mégalomanie cruelle.

      De l'anonymat au pouvoir suprême

      En se focalisant sur les faits avérés, on peut affirmer que Palpatine naquit sur la planète Naboo quatre-vingt-deux ans avant la Bataille de Yavin. Il se lança rapidement en politique mais ne connut que des succès mitigés jusqu'à l'âge de trente ans où il se présenta avec succès pour devenir Sénateur de Naboo à la suite de la mort prématurée du précédent tenant du titre.

      Bien que le Sénateur de Naboo soit également le représentant de trente cinq autres mondes, Palpatine ne se fit guère remarquer parmi les nombreux ténors du Sénat Galactique et fut souvent perçu comme un politicien de second plan. Cependant, cela ne l'empêcha pas de se rendre parfois très utile à des gens apparemment plus ambitieux que lui et il sut se faire de nombreux "amis" parmi les groupes de pression les plus influents du Sénat.

      Dans l'intervalle, le sénateur de Naboo sut également se faire bien voir du public par ses publications et réussit brillamment une manœuvre des plus paradoxales : devenir unanimement apprécié d'un grand nombre de gens influents ou pas sans jamais apparaître autrement que comme un politicien (relativement) désintéressé et aux ambitions très modestes.

      Cette connaissance des arcanes de la politique et son profil relativement inoffensif permirent à Palpatine de manipuler tout en finesse des gens bien plus visibles et parfois tout aussi dangereux que lui. Surtout, aucun d'entre eux ne savait que Palpatine était également le seigneur Sith Dark Sidious et que son ambition double était de détruire les Jedi et de s'emparer de la galaxie, vengeant la défaite de ses prédécesseurs mille ans auparavant. Lorsqu'il s'estima prêt, il agit en tant que Dark Sidious pour pousser le viceroi Nute Gunray de la Fédération du Commerce à s'opposer à la Résolution BR-0371 du Sénat. Gunray "décida" d'établir un blocus autour de Naboo pour faire pression sur le Sénat et l'inciter à retirer cette mesure de taxation des routes commerciales.

      Cette situation embourba pendant des mois le Sénat et contribua à affaiblir grandement la présidence du Chancelier Suprême Finis Valorum. Se servant de la jeune reine de Naboo, Padmé Amidala, Palpatine parvint à faire discréditer définitivement Valorum et il devint "tout naturellement" le candidat de compromis idéal pour sa succession.  Outre le fait qu'il avait su se faire apprécier et nouer discrètement des alliances judicieuses, le Sénateur de Naboo était également un candidat symbolique des plus intéressants puisqu'il représentait justement la planète que la Fédération tenait en otage pour forcer la main au Sénat...

     


     

    Palpatine et Padmé Amidala alors que le Sénat s'embourbe dans la Crise de Naboo.
    Image extraite du DVD Star Wars Épisode I - La Menace Fantôme



      Trente-deux ans avant Yavin, appuyé par un grand nombre de gens aux intérêts souvent opposés qui, pour la plupart, ne voyaient en lui qu'un homme influençable qui servirait de figure de proue sans pouvoir réel, il fut élu au poste suprême de la République Galactique. Dans l'ombre, des gens ambitieux et dévoués, qui savaient à quoi s'en tenir et soutenaient activement l'homme qui les mènerait au pouvoir, commencèrent à récolter les fruits de leurs efforts. Par la suite, certains de ces individus comme Crueya Vandron, Willhuf Tarkin, Ardus Kaine ou Sate Pestage se retrouveraient au plus haut niveau de l'Empire Galactique. L'intervention de l'Ordre Jedi permit la résolution de la crise de Naboo et l'arrestation des leaders de la Fédération du Commerce mais, si les Jedi découvrirent ainsi l'implication des siths et éliminèrent l'apprenti de Palpatine, Dark Maul, nul ne parvint à remonter jusqu'à lui et le nouveau Chancelier Suprême commença son mandat en excellents termes avec ceux qu'il voulait abattre.

      La décennie qui suivit l'accession de Palpatine au poste suprême sembla se dérouler dans un calme relatif mais en réalité, le Chancelier et ses fidèles œuvrèrent pour préparer l'aboutissement de ces années de patient travail. Palpatine resserrait lentement son emprise sur les institutions galactiques et consolidait ses alliances les plus intéressantes. Il devenait chaque jour un peu plus un véritable chef d'état et ceux qui n'avaient vu en lui qu'un homme de paille comprirent qu'ils avaient eu tort. Certains songèrent alors à se retourner contre lui et à soutenir ses ennemis de la Fédération, comme Palpatine l'avait justement prévu.

      Il se servit alors de l'ancien Jedi Dooku (qu'il prit en secret comme apprenti sous le nom de Dark Tyranus) pour cristalliser certains mécontentements alors que sa politique amenait doucement un nombre croissants de factions à s'opposer de plus en plus au pouvoir central.

      Son but était de créer les conditions d'un affrontement général qui mettrait hors jeu ou à sa botte tous ceux susceptibles de contrecarrer ses ambitions. Une guerre galactique à grande échelle ne manquerait pas à la fois de provoquer la perte d'un certain nombre d'ennemis potentiels ou réels mais aussi de pousser les populations et leurs dirigeants effrayés à accepter des mesures qu'ils auraient férocement repoussées en temps normal. Agitant la peur et jouant à fond sur la corruption rampante qui régnait au sein du Sénat et de la plupart des instances de la République, Palpatine savait qu'il parviendrait à ce que ses opposants s'anéantissent mutuellement ou se neutralisent les uns les autres sans s'en apercevoir. Cela en lui offrant la possibilité de proclamer enfin, avec la bénédiction des peuples, une dictature féroce et d'autant plus "légitime" qu'il était déjà au pouvoir et ne manquerait pas de se "résoudre à contrecœur" à des décisions qu'il avait en fait planifiées bien auparavant.

      Quelques sénateurs plus subtils que les autres comme Garm Bel Iblis, Mon Mothma, Padmé Amidala et Bail Organa se méfièrent rapidement du nouveau Chancelier Suprême ou s'opposèrent à sa politique mais ils ne parvinrent pas à l'époque à arrêter une ligne de conduite définitive et leur opposition s'avéra aussi minoritaire que désunie et inefficace. La plupart des autres adversaires de Palpatine étaient trop préoccupés par leurs intérêts partisans pour s'allier entres eux ni même pour réaliser que le problème de fond était bien plus important que leurs peurs égoïstes.

      Le seul souci sérieux qu'avait le Chancelier était constitué par l'Ordre Jedi, mais il avait aussi pris quelques mesures pour régler cette question. En tant que Dark Sidious, il n'avait en effet pas hésité à sacrifier délibérément son apprenti Dark Maul, agitant la résurgence des Sith comme un épouvantail qui ne manquerait pas d'inquiéter les Jedi. Pendant qu'ils se poseraient des questions et chercheraient dans toute la galaxie des traces d'une éventuelle faction Sith, ils se préoccuperaient moins de ce qui se passait au Sénat. Il n'y avait que très peu de chances qu'ils soupçonnent un ennemi qui se trouvait juste sous leurs yeux et qu'ils soutenaient à leur insu sans avoir jamais réussi à percer le voile du Côté Obscur qui dissimulait Dark Sidious. Et le mécontentement croissant contre la politique du Sénat ne manquerait pas d'obliger les Jedi à se disperser pour tenter d'éteindre la multitude d'incendies qui menaçaient la cohésion de la République qu'ils avaient juré de protéger… Ainsi, ils seraient trop occupés pour risquer de le démasquer ou pour mesurer l'ampleur véritable de certaines de ses décisions.

      Palpatine et ses alliés entretinrent délibérément l'essor de la Confédération des Systèmes Indépendants, dont la plupart des "dirigeants" n'étaient en fait que des ennemis ou des pions sacrifiables qui ignoraient tout des liens entre Dooku et le Chancelier Suprême. Palpatine comptait utiliser ceux qu'il avait rassemblés derrière Dooku pour affaiblir les Jedi avant de s'en débarrasser lorsqu'il tiendrait fermement les rênes du pouvoir. Il ne lui restait plus qu'à faire en sorte que l'Ordre Jedi "découvre" les intentions bellicistes des Séparatistes à Géonosis.

      Le premier bénéfice de cette découverte pour Palpatine fut d'obtenir du Sénat les pleins pouvoirs pour affronter une crise dont il était en fait l'instigateur. Et sa première décision une fois parvenu à son objectif fut d'annoncer "la création d'une grande armée de la République" pour contrer la menace grandissante des Séparatistes…

      Or, en dehors des forces disparates affiliées aux systèmes et organismes encore loyaux envers la République, la seule force militaire capable d'agir rapidement contre le rassemblement des armées confédérales s'avéra être une mystérieuse armée de clones créée sur Kamino. Les Kaminoans pensaient agir à la suite d'une commande de l'Ordre Jedi mais en fait, Palpatine avait délibérément mis en route ce programme et permis aux Jedi de le découvrir, dans le but spécifique de mettre cette armée  dans les mains des chevaliers. Une armée facilement renouvelable qui permettrait de faire durer le conflit contre les Séparatistes pour effrayer encore les indécis et les pousser dans les bras du Chancelier Suprême. Une fois la Confédération vaincue, cette même armée permettrait l'extermination des chevaliers Jedi et servirait d'ossature à la puissance militaire d'un nouveau régime totalitaire.

     


     

    Le Chancelier Suprême et le Sénateur Bail Organa assistent sur Coruscant au départ des légions de soldats clones alors que la République et les Séparatistes entrent en guerre.
    Image extraite du DVD Star Wars Épisode II - L'Attaque des Clones



      Les Jedi comprirent qu'il y avait anguille sous roche mais à part les mystérieuses origines de leur armée clone, ils n'avaient rien de tangible pour les guider et étaient pris de vitesse par la menace des armées droïdes séparatistes. Très vite, le conflit embrasa toute la galaxie et la puissance des deux camps provoqua de nombreuses destructions, affaiblissant des milliers de systèmes stellaires terrorisés et décimant les courageux Jedi. Certains de ses opposants finirent par comprendre que Palpatine n'était pas aussi vertueux qu'il en avait l'air mai,s même lorsqu'ils s'opposèrent à la création des gouverneurs sectoriels et se rassemblèrent dans la Délégation des 2000, ils ne purent faire le poids contre ceux qui soutenaient délibérément le Chancelier Suprême ou qui restaient dans son ombre à cause de la peur créée par le conflit.

      Trois ans après le début de la Guerre des Clones, Palpatine fit en sorte d'être "capturé" sur Coruscant par Dooku, qui ne comprit pas le véritable sens de la manœuvre de celui qu'il servait : lorsque en pleine bataille spatiale les chevaliers Anakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi arrivèrent jusqu'au Chancelier "prisonnier" à bord du navire amiral de Dooku, il trahit le chef des Séparatistes et le fit tuer par Anakin dont il convoitait l'allégeance depuis qu'il l'avait croisé durant la Crise de Naboo, treize ans auparavant. Ainsi, il resserra son emprise sur le jeune Jedi malléable dont il cultivait l'amitié depuis des années tout en se débarrassant de Dooku qui était le seul lien pouvant permettre de le démasquer.

      Peu de temps après, il dévoila au jeune Jedi qu'il connaissait les secrets des Siths et celui-ci, bien que fortement attiré par les perspectives que lui offrait Palpatine, s'avéra encore trop idéaliste et immature pour tomber dans ses bras. Skywalker révéla alors ce qu'il avait découvert au Maître Jedi Mace Windu. Celui-ci, ainsi que la majorité des membres du Conseil Jedi, s'étaient mis eux aussi depuis le début de la guerre à  nourrir de sérieux doutes sur le Chancelier Suprême. Windu décida d'agir au plus vite, craignant qu'il ne soit déjà trop tard. Il  pénétra avec une poignée de chevaliers dans les appartements du Chancelier Suprême pour l'arrêter et le faire passer en jugement.

      Le combat fut intense mais après la prompte élimination des autres Jedi, Palpatine fut sérieusement mis à mal par Windu, réputé être le meilleur escrimeur de l'Ordre. Lorsqu'il vit surgir le jeune Anakin, Palpatine fit semblant de défaillir face à Windu et se montra sous un jour si vulnérable que le jeune Jedi blessa grièvement Windu et permit à Palpatine de le mettre à mort.

      On a tendance à penser que toute cette opération était planifiée depuis le début mais il se peut aussi que ce jour-là Palpatine ait commis une légère erreur d'appréciation en dévoilant trop tôt sa véritable nature à Anakin Skywalker. Une erreur, si elle a bien existé, qu'il sut rattraper brillamment, ce qui témoigne de ses talents innés d'improvisateur. Bien des années plus tard, il commit sans doute une autre erreur d'appréciation, impliquant cette fois deux Skywalker, dans une station spatiale en orbite de la lune forestière d'Endor

      Quoi qu'il en soit, Palpatine venait de forcer le jeune Jedi à choisir son camp contre ses propres frères d'armes en rejoignant les Siths. Et surtout, il pouvait désormais avancer ses derniers pions et "dévoiler" à la galaxie le complot des Jedi, censés vouloir profiter de la guerre pour renverser la République. En dehors d'Anakin et de quelques fidèles, ceux qui connaissaient sa nature de Seigneur Sith étaient tous morts ou trop loin de Coruscant pour l'arrêter. Et les gens bien informés savaient que depuis quelques temps, les Jedi étaient de plus en plus timorés dans leur soutien au Chancelier Suprême… Les sénateurs voulaient croire ce que leur déclara Palpatine car il avait bien préparé le terrain.

      La peur avait rendu la plupart d'entre eux aveugles et ceux qui y voyaient clair étaient soit des partisans de Palpatine (et nombreux parmi eux n'étaient en fait que des pions qui seraient bientôt rejetés), soit trop effrayés pour la plupart pour se dresser contre lui. Parmi ceux là, certains qui avaient signé le Manifeste des 2000 allaient amèrement regretter leur acte courageux par la suite.

      Ainsi, Palpatine remporta un assentiment très large lorsqu'il se proposa comme Empereur, arguant de la nécessité de reconstruire la galaxie, pacifier les derniers opposants armés et surtout écarter définitivement la menace des Jedi qui avaient trop longtemps étendu leur ombre sur la République. L'extermination par Anakin Skywalker devenu Dark Vador des Jedi du Temple sur Coruscant et des derniers leaders séparatistes sur Mustafar fut le coup de marteau final qui cloua le cercueil de la République Galactique. Et le fait qu'Obi-Wan Kenobi soit parvenu à mutiler Dark Vador sur Mustafar ne se révéla en fin de compte qu'un désagrément passager extrêmement rentable à long terme pour l'Empereur…

      Dans le même temps, Palpatine avait lancé peu avant la mort des leaders séparatistes l'Ordre 66 qui poussa les soldats clones à se retourner contre les Jedi que Dark Vador n'avait pas éradiqué. Et même le vénérable Maître Yoda qui tenta de l'affronter directement dut se résoudre à prendre la fuite dans l'espoir d'une autre occasion de remporter la victoire

      Empereur de la Galaxie

      Une fois fermement installé au pouvoir et débarrassé des Jedi, Palpatine mania d'une main de maître les armes conjointes de la terreur et de la corruption. Il savait à merveille à la fois flatter et tenir en laisse les ambitieux qui affluèrent dans son entourage. Surtout, il créa un édifice bureaucratique complexe mais au sein duquel des factions très puissantes s'entredéchiraient et lui laissaient ainsi le champ libre. On admet couramment qu'en six mois, les investissements militaires de Palpatine dépassèrent très largement le total de toutes les dépenses de cet ordre réalisées depuis des siècles, même en comptant la Guerre des Clones. En quelques années, l'Empire Galactique devint aux yeux de milliards d'individus une machine d'oppression titanesque, très éloignée des beaux discours de la propagande. Les puissantes dynasties féodales et financières du Noyau ou des Colonies s'adaptèrent pour la plupart sans trop rechigner à l'Ordre Nouveau et certaines devinrent même dès les débuts du nouveau régime des alliés particulièrement complaisants.

      Cependant, malgré ses gigantesques armées et ses espions, l'Empire ne pouvait surveiller toute la galaxie et Palpatine dut tenir compte, à son cœur défendant, de plusieurs facteurs qui freinaient sa mégalomanie. Ainsi, il dut se résoudre pendant la quasi-totalité de son règne à cautionner l'existence du Sénat, ultime vestige de la République qu'il ne put dissoudre qu'au moment de la mise en service de la première Étoile de la Mort. Il dut aussi composer avec ses alliés du Secteur Corporatif qu'il comptait bien absorber plus tard.

      En dépit de cela, l'Empereur pouvait s'enorgueillir de sa puissance à juste titre. Ses derniers opposants officiels étaient pour la plupart hors jeu. Tout le monde pensait que Garm Bel Iblis de Corellia n'avait pas survécu, Bail Organa d'Alderaan et sa fille Leia ne parvenaient plus guère à émouvoir les sénateurs et finalement, Mon Mothma de Chandrila, qui demeurait son adversaire la plus populaire et la plus audacieuse, dut prendre la fuite.

      Mais cette fuite fut le germe de ce qui mettrait un jour fin à la domination de Palpatine sur la galaxie car Mon Mothma n'eut d'autre recours que de cristalliser tous les projets de rébellion armée, dont elle avait de nombreuses fois discuté avec Organa. Celui-ci lui accorda à contrecœur son soutien pour permettre la création de l'Alliance Pour La Restauration de la République qui parvint à diffuser son manifeste sur des centaines de monde, prenant les serviteurs de l'Empire complètement au dépourvu. La destruction d'Alderaan par l'Étoile de la Mort quelques années plus tard, bien qu'il s'agisse d'un drame terrible, n'eut guère d'impact sur les réseaux rebelles, tout au moins d'impact souhaitable du point de vue de Palpatine. Et la perte de cette même Étoile de la Mort dans le système de Yavin fut le premier coup sérieux porté à la machine de guerre impériale.  

      Les pouvoirs du Côté Obscur de l'Empereur et les dons de certains de ses adeptes lui donnèrent à penser que le fils d'Anakin Skywalker, responsable de la destruction de l'Étoile de la Mort, pouvait devenir très puissant dans les voies de la Force. Et à travers les bribes de l'avenir que lui montrait le Côté Obscur, Palpatine entrevit que cette puissance encore fragile pouvait s'ajouter à la sienne et renforcer encore son omnipotence. Dark Vador fut chargé de traquer les leaders rebelles mais surtout de trouver et de ramener son fils devant l'Empereur.



      Les efforts de Vador eurent des résultats tangibles mais ne parvinrent pas à éradiquer la rébellion. Et son fils, Luke Skywalker, lui échappa à plusieurs reprises. Notamment sur Bespin où Vador lui révéla la vérité sur les liens qui les unissaient.

      Palpatine songea alors que le plus judicieux serait d'inciter ses ennemis à se jeter d'eux-mêmes dans un piège qui leur serait fatal. Une deuxième étoile de la Mort était en cours de construction près de la lune forestière d'Endor et il savait que l'Alliance ne pourrait ignorer les implications de cette information. En se jouant de l'ambition du Prince Xizor, le maitre du Soleil Noir, l'Empereur fit en sorte que les espions bothans (dont il connaissait les liens avec les rebelles) découvrent l'existence de la nouvelle station spatiale et surtout apprennent qu'il comptait se rendre sur place pour superviser la fin des travaux. L'Empereur savait que le double appât d'une Étoile de la Mort en cours de construction et de sa présence loin des systèmes surs du Noyau serait irrésistible pour les rebelles poussés dans leurs derniers retranchements par leur défaite sur Hoth. Il parvint également à dissimuler à ses ennemis une information cruciale sur laquelle reposait une bonne partie de son plan : à défaut d'être terminée, la nouvelle Étoile de la Mort encore immobile était cependant parfaitement en mesure d'utiliser ses armes surpuissantes…

      Les rebelles se précipitèrent donc avec leur flotte dans la nasse tendue par l'Empereur à Endor, où les attendaient une Étoile de la Mort sur le pied de guerre et la Marine Impériale en embuscade. Et ni Palpatine, ni Vador ne furent vraiment surpris lorsque le jeune Skywalker se rendit à son père, dans l'espoir futile et naïf de lui faire abandonner son existence de champion des forces du mal.

      Mais pour que le piège fonctionne, il fallait qu'il soit crédible. Et donc, non seulement Palpatine dut bien se rendre lui-même à Endor mais il fallait qu'il existe une chance apparente de victoire pour l'Alliance. Lorsque Skywalker père et fils se retrouvèrent devant lui, l'Empereur jubila de la détresse de Luke en lui révélant l'existence du piège alors que les forces rebelles surgissaient dans le système et se précipitaient tête la première dans le traquenard. Palpatine espérait ainsi pousser Luke à embrasser le Côté Obscur par désespoir, ce que le jeune Jedi fit effectivement dans l'espoir de le tuer alors que les forces impériales massacraient ses amis. Et comme l'Empereur l'avait prévu, le père et le fils s'affrontèrent sous ses yeux.

      L'un d'eux finirait bien par vaincre et l'autre serait détruit. Palpatine savait que la dévotion de Vador vacillait et qu'il serait capable de s'allier à son fils pour le renverser. En les forçant à combattre, il coupait l'herbe sous le pied de son disciple et avait toutes les chances de le voir périr de la main de son propre fils. Mais le jeune Luke était encore relativement novice et il ne pourrait obtenir la victoire qu'en puisant profondément dans le Côté Obscur. Ce qui le placerait à la merci des suggestions et des promesses de Palpatine… et l'Empereur ne craignait pas que Luke Skywalker utilise le Côté Obscur pour le mettre à mort. Cela ne ferait que consommer la damnation du jeune Jedi et n'arrêterait pas longtemps le seigneur de la galaxie…

      Mais, inexplicablement, Luke Skywalker parvint à résister aux sirènes du Côté Obscur. S'il avait fait la preuve de sa subtilité coutumière, Palpatine aurait sans doute fait semblant de lui accorder un répit pour mieux briser cette résistance en usant d'intimidation et de psychologie. Mais l'affront que le jeune homme lui jeta à la figure en refusant d'achever son père blessé où de lever son arme contre Palpatine déclencha la colère de l'Empereur. Et il entreprit alors de tuer à petit feu le "dernier des Jedi".

     


     

    Palpatine montre son vrai visage alors qu'il tourmente Luke Skywalker avec ses éclairs de force.
    Image extraite du DVD Star Wars Episode VI - Le Retour du Jedi



      Et dans son dos, l'homme qui s'appelait autrefois Anakin Skywalker réalisa brutalement ce qu'il était devenu et ce qu'il pouvait encore faire…

      Alors, comme il en va toujours ainsi avec les Siths, l'élève se retourna contre le Maître. Mais cela n'eut pas lieu pour les raisons habituelles.

      Palpatine mourut de la main de son disciple et par la faute de celui qui aurait du le remplacer. Cependant, il n'en avait pas encore fini avec Luke Skywalker, ni avec la galaxie.

      Démiurge Immortel

      Cinq ans après sa mort, la galaxie découvrit que l'Empereur n'était pas définitivement hors d'état de nuire. Son esprit désincarné avait intégré un clone mis en réserve sur la planète Byss, sa citadelle secrète cachée dans le Noyau Profond. Avec des légions de serviteurs fidèles qu'il avait discrètement placés là depuis le début de son règne, il avait pu amasser une force considérable. Et ce, à l'insu de la Nouvelle République alors qu'il avait abondamment utilisé les services d'une véritable armée de contrebandiers pour obtenir une bonne partie des matières premières et des équipements nécessaires à ses légions.

      Bien qu'il n'ait plus la puissance militaire inégalable de l'Empire Galactique à sa disposition, l'Empereur Ressuscité pouvait cependant briser la toute jeune Nouvelle République avec de nouvelles super-armes et ses fidèles adeptes du Côté Obscur. Dans le même temps, il purgerait les rangs des seigneurs impériaux survivants de tous ceux qui s'étaient montrés déloyaux. Au final, Palpatine pouvait raisonnablement espérer vaincre ses ennemis et rebâtir un Empire régénéré et désormais dépourvu à la fois d'opposants et de traîtres.

     


     

    Concept art de la série de comics l'Empire des Ténèbres, montrant le programme de clonage personnel de Palpatine



      La campagne de l'Empereur Ressuscité frappa durement la galaxie alors que la Nouvelle République se remettait à peine des campagnes du Grand Amiral Thrawn et que les factions impériales s'entredéchiraient de plus belle. Les survivants du Cercle Intérieur de l'Empire venaient de chasser la Nouvelle République de Coruscant pour laquelle ils se battaient contre d'autres ex-impériaux. Les républicains comprirent bien vite que quelque chose de terrible s'annonçait lorsque Luke Skywalker disparut de Coruscant dans un mystérieux vortex hyperspatial. Mais lorsque leurs services secrets purent leur confirmer que des déserteurs originaires de toutes les factions impériales abandonnaient leurs alliés pour converger vers le Noyau Profond, il était bien trop tard. Palpatine avait terminé de rassembler ses loyalistes et il venait de dévoiler à la galaxie la première de ses nouvelles super-armes. Les Dévastateurs de Mondes surgirent de leur cachette et entreprirent d'attaquer Mon Calamari, un monde que l'Empereur avait à l'origine prévu comme étant une des premières cibles de l'Etoile de la Mort.

      Luke accepta de servir Palpatine dans l'espoir de le détruire, comme celui-ci l'avait prévu. Sa sœur et Han Solo tentèrent de le sauver mais Palpatine dévoila à Leia qu'il convoitait le corps de son fils à naître et Luke la força à rejoindre la Nouvelle République. Il affronta l'Empereur mais ne parvint pas à l'empêcher d'occuper un clone tout neuf qui put le réduire à l'impuissance.

      Cependant, le maitre jedi et R2-D2 étaient parvenus à prendre le contrôle des Dévastateurs et après les avoir empêchés de poursuivre leur mission sur Mon Calamari, le fidèle droïde les obligea à se détruire mutuellement.

      Ce revers n'arrêta pas Palpatine car la plupart des factions impériales avaient fini par se rassembler derrière lui et c'est à bord de l'Eclipse, son nouveau navire amiral, qu'il surgit de l'Hyperespace près de Da Soocha V où s'était installé le gouvernement en exil de la Nouvelle République. Il voulait briser la République une fois pour toutes mais aussi asservir Leia et son enfant à naître ainsi que récupérer un holocron jedi que la sœur de Luke lui avait dérobé sur Byss.

      C'est grâce à cet holocron et aux révélations que lui transmit l'image de l'ancien Maitre Jedi Bodo Baas que Leia comprit comment vaincre Palpatine. Alors que l'Empereur forçait Luke sous sa domination à l'affronter, elle parvint à ramener son jumeau du côté de la lumière. Il mutila alors Palpatine et lorsque celui-ci commença à anéantir la flotte de la Nouvelle République avec un vortex hyperspatial conjuré par sa volonté, les jumeaux Skywalker combinèrent leurs pouvoirs et firent en sorte que la puissance du Côté Obscur se retourne contre Palpatine. L'Empereur et l'Eclipse furent consumés par le vortex et la galaxie crut enfin en avoir fini avec lui.

      Les évènements qui suivirent démontrèrent vite aux ennemis de Palpatine qu'ils avaient tort. Les plans de l'Empereur prévoyaient l'éventualité d'une défaite temporaire et il avait déjà mis en œuvre de quoi pallier à cette possibilité. Sept Jedi Noirs qu'il avait spécialement formés et qui jusqu'à présent s'étaient contentés de rester au second plan commencèrent une vaste campagne visant à éradiquer toute contestation au sein des forces impériales, l'Opération Main de l'Ombre. Ce plan visait à souder à nouveau les impériaux le temps que Palpatine revienne sur le devant de la scène et à éviter leur désunion comme cela avait eu lieu après Endor. La tentative ratée de l'un d'entres eux, l'Exécuteur Sedriss, de reprendre le contrôle du monde usine Balmorra désormais pro-républicain démontra amplement le bien fondé de cette idée. Cependant, l'Opération Main de l'Ombre obtint des résultats significatifs et ramena dans le rang bon nombre de suivants de l'Empire. Ceux qui, à l'instar d'Ardus Kaine, avaient voulu faire cavaliers seuls furent pour la plupart éliminés et ce qui restait de leurs forces absorbé au sein de la nouvelle armada impériale.  

      Les plus proches conseillers de Palpatine sur Byss savaient bien qu'il disposait encore de clones en réserve mais il semblait ne pas pouvoir en occuper un dans l'immédiat. Deux de ces hommes, Nefta et Sa-Di, décidèrent alors de détruire les clones avant que leur maître ne parvienne à les utiliser, espérant se débarrasser de lui une bonne fois pour toutes. Ils manquèrent de peu y parvenir mais furent éliminés par Sedriss, au moment où son Empereur investissait le dernier des clones encore opérationnels.

      Palpatine décida cependant de tirer le meilleur parti possible de la situation. Durant son absence, le fidèle Umak Leth avait pu terminer la dernière des super-armes révolutionnaires qui servirait sa cause : le Canon Galactique.

      Palpatine ordonna l'anéantissement de la base républicaine sur Da Soocha V, ce qui signifiait la destruction d'une planète à des milliers d'années lumière de Byss en orbite de laquelle se trouvait le Canon. Comme il l'avait prévu, la destruction du QG de ses ennemis provoqua la panique parmi les systèmes qui ne lui étaient pas loyaux et nombre d'entres eux envoyèrent des émissaires pour lui jurer allégeance. Fort heureusement pour les "rebelles", Mon Mothma et son entourage avaient pu déplacer leur QG à Nespis VIII juste avant la destruction de leur ancienne base. Et le dernier clone de Palpatine commençait déjà à donner des signes de dégénérescence rapide. Le temps menaçait d'être compté à l'Empereur de la galaxie.

      Le coup de grâce que Palpatine voulait porter à la Nouvelle République échoua lamentablement, lorsque le projectile du Canon Galactique expédié sur Nespis VIII s'avéra doté d'un détonateur défectueux fabriqué sur Bonadan. Le haut commandement républicain échappa à l'anéantissement grâce à ce coup du sort.

      Et le temps qu'un nouveau projectile soit lancé, l'évacuation de la base était terminée. Le Canon Galactique anéantit une cité spatiale vieille de plusieurs millénaires pour rien.

      Palpatine se sentait de plus en plus pressé par la dégénérescence de son dernier clone. Le temps qu'on puisse en fabriquer d'autres, le transfert risquait fort de ne même plus lui accorder le sursis qu'il désirait. Il fallait trouver un moyen de renforcer son patrimoine génétique défaillant et il eut l'idée de capturer des habitants d'Ossus. Ses ennemis venaient de reprendre contact avec ce peuple primitif qui descendait des Jedi et venait de redécouvrir son plein potentiel grâce à Luke Skywalker.

      Pendant que ses agents capturaient les chamanes du peuple d'Ossus, Palpatine, qui vieillissait de manière accélérée, se rendit rapidement sur Korriban, le monde-mausolée des Siths. Il espérait que la puissance omniprésente du Côté Obscur et les esprits des anciens seigneurs noirs l'aideraient à ralentir assez longtemps l'agonie de son dernier corps mais les esprits des Siths lui apprirent qu'il était plus que temps pour lui de se résoudre à l'inévitable et qu'il devait donc mourir comme tout le monde en fin de compte. Cependant, ils lui révélèrent que le troisième enfant de Leia et Han Solo, le petit fils de Vador encore à naître, pouvait accueillir sa conscience maléfique. Le potentiel du garçon encore dans le ventre de sa mère était sans égal et Palpatine n'aurait pas de meilleure opportunité dans le peu de temps qu'il lui restait. Il avait le choix entre prendre possession du bébé avant même sa naissance et patienter le temps que son nouveau corps prenne assez de maturité ou abandonner définitivement son enveloppe charnelle défaillante pour être englouti à jamais dans le vortex du Côté Obscur.

      L'Empereur ordonna à son nouveau vaisseau amiral, l'Eclipse II, de rattraper la princesse Leia dans le système Onderon. Les forces de la Nouvelle République apprirent la nouvelle et montèrent une attaque contre le superdestroyer, espérant capturer Palpatine grâce à une cage de force récupérée dans les stocks de l'Empire. Luke Skywalker, Kam Solusar, Han Solo foncèrent sur Onderon pendant que la chasse républicaine occupait l'Eclipse II mais ils ne purent empêcher Palpatine de rattraper enfin Leia et ses trois enfants à la Forteresse de Kira.

      Palpatine parvint à vaincre Leia et ses défenseurs mais Han put d'un tir de blaster blesser mortellement l'Empereur pris par surprise. A l'agonie, Palpatine essaya de posséder le nouveau né qui portait le nom prédestiné d'Anakin mais le Jedi Empatojayos Brand se sacrifia pour emprisonner l'esprit de l'empereur dans son propre corps à l'agonie, l'emportant avec lui dans la mort.

     


     

    L'esprit de Palpatine fait une ultime tentative pour s'emparer d'Anakin Solo alors que Han vient de tuer son dernier corps clone.
    Image tirée des comics l'Empire des Ténèbres



      Ainsi périt celui qui fut pendant une génération le maitre absolu de la galaxie et sans doute un des plus grands seigneurs Siths de l'histoire. Mis à bas par la trahison de ses fidèles, un simple pistolet blaster et l'ultime sacrifice d'un courageux jedi.

      Les secrets des Siths

      Outre ses capacités intellectuelles certaines, le principal atout de Palpatine (que la plupart de ses ennemis ne découvrirent jamais ou beaucoup trop tard…) était bien évidemment d'être en secret le seigneur Sith Dark Sidious. On ignore les circonstances exactes qui amenèrent l'homme qui serait un jour Empereur à suivre cet enseignement millénaire mais un certain nombre de confidences faites à certains de ses disciples, si elles sont vraies, permettent d'apporter quelques éclaircissements à ce sujet.

      Le maitre de Palpatine était Dark Plagueis et d'après Sidious, il était un précurseur dans des domaines assez ésotériques, capable de préserver la santé d'un mourant, de prolonger la vie, voire de la créer par la simple puissance de la Force. S'il faut en croire Palpatine/Sidious, il tua son propre maitre dans son sommeil et s'accapara ses secrets.

      Palpatine visita également Korriban, le mausolée des Sith où il put s'approprier d'autres secrets antiques. Conformément à la tradition sith, il ne prit qu'un seul apprenti, Dark Maul. Il s'empara de celui-ci alors qu'il était encore jeune et le façonna en usant de la douleur et la terreur pour en faire une machine à tuer servile. Maul périt sur Naboo en affrontant les chevaliers Qui-Gon Jinn et Obi-Wan Kenobi, ce qui n'empêcha pas Sidious de lui trouver un successeur, Dark Tyranus, plus connu sous le nom de Comte Dooku.

      Cynique jusqu'au bout, il n'hésita pas à se débarrasser de Dooku pour le remplacer par Anakin Skywalker, qu'il convoitait probablement depuis leur première rencontre sur Naboo. Et c'est sous le nom de Dark Vador qu'il prit le jeune jedi déchu à son service.

      Vador fut le dernier véritable disciple Sith de Palpatine et son bras droit incorruptible mais contrairement à la tradition de son ordre, Dark Sidious ne négligea pas pour autant les potentialités offertes par d'autres adeptes de la Force. Il créa les Inquisiteurs chargés de traquer les derniers Jedi en leur accordant quelques bribes de son ténébreux savoir et il utilisa également les services des Prophètes du Côté Obscur pour renforcer ses dons de prédiction et confirmer ses visions du futur. La poignée d'agents connus sous le terme de Mains de l'Empereur était également formée de personnes ayant des affinités avec la Force mais à l'encontre de ses serviteurs voués au Côté Obscur, la plupart furent délibérément laissés de côté par leur maitre. Dans la majorité des cas, il se contenta de les aider à développer quelques aptitudes de la Force sans faire de ses agents de véritables adeptes mais en renforçant ainsi leurs talents et dons profanes.

      S'il ne parvint pas toujours à ses fins, notamment avec les Sorcières de Dathomir, Dark Sidious est encore considéré comme l'homme le plus versé dans les arcanes Sith et les mystères du Côté Obscur de l'époque contemporaine. Parmi les démonstrations les plus spectaculaires de la Force qu'on lui connaît, il s'avéra capable d'exercer un contrôle remarquable sur la flotte impériale durant la Bataille d'Endor (sa mort provoqua d'ailleurs une désorientation certaine de ses escadres, que les rebelles surent mettre à profit) et au sommet de son pouvoir, il était en mesure de créer des vortex hyperspatiaux dont il se servit par exemple pour enlever Luke Skywalker sur Coruscant.

      Malheureusement, ce sombre savoir et le pouvoir qui l'accompagnaient demandaient un prix très élevé et comme nombre d'adeptes du Côté Obscur avant lui, Palpatine fut dévoré par le pouvoir qu'il pensait asservir.

      La puissance du Côté Obscur servait la volonté de Palpatine mais dans le même temps, elle détruisait son enveloppe charnelle et le plongeait dans la décrépitude. A la fois pour prolonger sa vie mais aussi pour tricher avec les conséquences de sa propre corruption, Sidious/Palpatine déploya de colossaux efforts. Il utilisa les anciens secrets Sith, les recherches de Dark Plagueis et les dernières innovations technologiques pour produire une série de clones dans lesquels il pourrait transférer son esprit lorsque son corps ne serait plus capable de le servir efficacement. Ainsi, Palpatine espérait prolonger sa vie indéfiniment, quittant un corps usé par le Cöté Obscur pour habiter une enveloppe plus jeune et au summum de ses capacités. Contrairement à ce que pensaient certains de ses suivants, cette méthode ne visait pas seulement à lui assurer une certaine sécurité et à prolonger sa vie mais s'avérait surtout une nécessité s'il voulait éviter de terminer son existence sous la forme d'une entité désincarnée éternellement déchirée par la puissance du Côté Obscur.

      S'il avait pu s'emparer du bébé Anakin Solo et utiliser le potentiel génétique des chamanes d'Ossus, il aurait certainement pu gagner un sursis assez long pour non seulement reprendre le contrôle de la galaxie mais surtout terminer ses recherches et peut-être enfin découvrir une véritable forme d'immortalité qui l'aurait mis définitivement à l'abri de la corruption du Côté Obscur.

      A moins que cette corruption ne soit totalement inévitable et qu'il n'ait fait que fuir une échéance qui aurait fini un jour ou l'autre par le rattraper ?

      De l'exercice du pouvoir

      Sur le plan politique, Palpatine, en tant qu'Empereur de la galaxie, s'avéra être un manipulateur de génie, combinant sa ruse et son intellect avec la puissance de sa position et surtout les gigantesques pouvoirs du Côté Obscur. Il était un politicien subtil, aussi cruel que calculateur. Bien qu'il soit raciste et misogyne, Palpatine n'hésita jamais à tirer au mieux partie des talents de gens pour lesquels il n'avait aucune estime, voire qu'il haïssait. Ainsi, il utilisa sans vergogne des non-humains comme Thrawn, Mas Amedda, Sly Moore ou Hethrir mais aussi des femmes comme Ysanne Isard, Roganda Ismaren ou Mara Jade. Et il préféra écarter plutôt qu'éliminer le mutant Triclope, son fils naturel.

      Cependant, à l'instar de nombreux autres dirigeants avant lui, il eut à affronter la trahison à plusieurs reprises. Nefta et Sa-Di qui anéantirent ses clones, n'étaient pas en effet les premiers de ses suivants à tenter de l'abattre.

      Peu avant que la première Etoile de la Mort devienne opérationnelle, il dut déjouer un complot visant à l'assassiner ainsi qu'à éliminer Vador. A l'initiative de cette tentative, il y avait le Grand Moff Trachta et le Grand Moff Bartam. Ces hommes de pouvoir étaient las de la domination que Palpatine et Vador avaient sur l'Empire et pensaient les écarter afin de diriger ensuite une dictature militaire qui ne serait pas menée par les Siths. Trachta obtint la collaboration du Moff Kadir en charge de la sécurité sur Coruscant.

      Une centaine de clones stormtroopers furent créés spécialement pour cette opération et reprogrammés selon les désirs des comploteurs avant que Trachta leur ordonne de tuer le seul officier au courant de cette manipulation. La moitié d'entres eux accompagnerait Vador qui serait attiré loin de Coruscant et auraient pour tâche de l'éliminer. L'autre moitié fut mise en service lorsque une navette piégée à bord de laquelle Palpatine allait embarquer fut sabotée par les comploteurs et explosa, tuant la moitié de la Garde Royale présente sur Coruscant et un contingent de soldats de choc. Les stormtroopers reprogrammés furent affectés à la place de ces hommes et les comploteurs espéraient bien qu'ils seraient assez nombreux pour éliminer les gardes impériaux survivants.

      Mais Vador élimina les troopers chargés de le tuer alors que les pouvoirs de Palpatine et le talent de ses gardes personnels anéantissaient ceux qui devaient assassiner l'empereur. Aucun des responsables du complot ne survécut.

      Quelques années plus tard, le Grand Amiral Zaarin, qui était chargé d'éliminer l'Amiral Harkov alors que celui-ci s'apprêtait à passer à la rébellion, s'avéra lui aussi être un traître. Il profita de la lutte entre les forces d'Harkov et les loyalistes de Palpatine pour essayer de kidnapper l'Empereur. Mais il dut prendre la fuite dans la Bordure Extérieure par la faute de Thrawn, alors vice-amiral. Le stratège Chiss fut chargé de traquer Zaarin le renégat et dut recourir à la ruse pour tuer le Grand Amiral.

      Malgré toute sa subtilité, il est indéniable que Palpatine n'aurait pas pu survivre à tous ces complots par son seul génie ni en s'appuyant uniquement sur des organisations comme le Bureau de la Sécurité Impériale ou les Renseignements Impériaux, au pouvoir pourtant considérable. C'est le Côté Obscur de la Force qui lui donna le plus souvent au moment critique l'avantage et une fois qu'on a levé ce coin du voile, le personnage de l'Empereur de la galaxie perd un peu de son aura mystique. Sans les révélations de la Force, il apparaît que, malgré son esprit retors et génial, Palpatine aurait certainement eu une carrière bien plus courte qu'il ne l'envisageait. Les puissants de son époque le portèrent au pouvoir et il se nourrit de leurs ambitions pour terroriser une galaxie entière mais en fin de compte, peut-être que dans le fond lui aussi n'était rien de plus qu'un instrument d'un pouvoir éternel qu'il ne pourrait jamais égaler.

      Un instrument qui finit sa vie de manière pathétique, dans un corps pourrissant, tué par un contrebandier corellien sur un monde primitif. Et c'est peut-être là l'ultime leçon que le Côté Obscur devait enseigner à Palpatine : en fin de compte, le Mal finit toujours par se dévorer lui-même et se moque bien des accomplissements de ceux dont il se nourrit.
     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :